■ Accueil   ■ Qui sommes nous ?   ■ CGV   ■ Mentions légales   ■ Contactez-nous  
  Matériel éolien   |   Matériel solaire   |   Convertisseur   |   Onduleur - relais   |   Batterie   |   Chargeur   |   Eclairage  
   

Le blog - news - 2ème et 3ème Trimestre 2014

Le Planet Solar, plus grand bateau solaire du monde, en escale à Ajaccio

Cliquez pour agrandir l'image
vendredi 18 juillet 2014, 9:58

Le Planet Solar, premier bateau a avoir réalisé le tour du monde grâce à l'énergie solaire, fait escale à Ajaccio. Aux commandes du navire aux allures de vaisseau spatial, une légende de la navigation. Gérard d'Aboville, le premier homme à avoir traversé l'océan Atlantique en solitaire à la rame.

Pour une fois, la star ce n'est pas lui. Dans une autre vie, Gérard d'Aboville a traversé les océans pacifiques et atlantiques à la rame. Mais aujourd'hui, c'est son bateau que le navigateur est venu présenter en escale à Ajaccio. Le Planet Solar, une gueule de vaisseau spatial et 512 mètres carrés de panneaux solaires qui lui ont permis de devenir, au printemps 2011, le premier bateau solaire à réaliser le tour du monde.

Une vitesse moyenne de 5 à 6 noeuds

Grâce à ses capteurs, qui se déplient au moment de la navigations sur 24 mètres de large, et ses piles qui accumulent en 92 heures l'énergie nécessaire à la navigation, le navire atteint une vitesse de 5 à 6 noeuds en moyenne.

D'Ajaccio, le Planet Solar doit rejoindre la Grèce pour servir de plateau technique à des recherches de traces d'habitats préhistoriques engloutis au large du Péloponèse.

Source: Par Rémi Clément, Avec AFP
Crédit : © FTVIASTELLA / Sylvie Wolinsky

Electricité : augmentation des tarifs d'EDF de 5% au 1er août

Cliquez pour agrandir l'image
mercredi 18 juin 2014, 10:25

Les tarifs d'EDF augmenteront bien de 5% en moyenne pour les particuliers au 1er août. Une première hausse qui en appelle d'autres.

La hausse des prix de l'électricité est confirmée par voie officielle. Un arrêté publié au Journal officiel du mercredi 31 juillet détaille la nouvelle grille des tarifs réglementés de l'électricité, hors taxe. Ce dernier acte comme prévu une augmentation des prix de 5% en moyenne pour les particuliers et les petits professionnels qui entrera en vigueur "à compter du 1er août 2013".

Toutefois, les clients disposant d'abonnements de petite puissance subiront des augmentations plus faibles, conformément à ce qu'avait promis début juillet le ministre de l'Écologie et de l'Énergie, Philippe Martin. Quand aux autres catégories de clients (entreprises, collectivités...), ils seront mieux lotis, avec une hausse de 2,3% en moyenne pour ceux disposant des tarifs dits "jaunes", et une stabilité pour les tarifs "verts", réservés aux très grands consommateurs de courant, comme les industriels.

93% des ménages concernés

En outre, l'arrêté prévoit que les tarifs bleus seront de nouveau "augmentés de 5% en moyenne à compter du 1er août 2014", comme le gouvernement s'y était engagé début juillet. Ce niveau sera toutefois "ajusté en fonction de l'évolution effective des coûts sur la période tarifaire concernée", confirme également l'arrêté.

Cette nouvelle grille de tarifs concerne la majorité écrasante de la population. En effet, 93% des ménages (et 87% des clients d'autres catégories) restent abonnés aux tarifs réglementés proposés par EDF et une poignée de fournisseurs historiques locaux. L'augmentation des tarifs d'EDF, la plus élevée depuis une décennie, pourrait faire les choux gras de ses concurrents. Le plus gros d'entre eux, GDF Suez, a d'ailleurs profité de l'occasion pour vanter dès mardi ses offres à prix bloqués pendant deux ans.

Vers une meilleure couverture des coûts ?

De son côté, le régulateur du secteur, la Commission de régulation de l'énergie (CRE), a émis un avis mitigé sur cette révision des tarifs d'EDF. Dans son avis, paru simultanément au JO, la CRE constate sans surprise que la hausse pour les particuliers (inférieure à ses propres préconisations, à savoir une hausse de 8 à 10% en 2013 plus un rattrapage de près de 8% au titre de 2012) ne permet pas de couvrir tous les coûts d'EDF.

Mais dans le même temps, elle estime que l'augmentation de 5% en août devrait tout de même permettre aux opérateurs alternatifs de proposer des offres compétitives par rapport au tarif régulé d'EDF, à conditions que certaines conditions de marché soient réunies.

De plus, elle juge que la perspective d'une nouvelle hausse de 5% l'an prochain "donne une meilleure visibilité aux acteurs du marché de l'énergie et aux consommateurs", et "témoigne de la volonté des pouvoirs publics d'aller vers une meilleure couverture des coûts" d'EDF.

Source: Par La rédaction numérique de RTL , Avec AFP
Crédit : AFP / Archives, Jeff Pachoud

Aston Martin s'intéresse à l'énergie solaire

Cliquez pour agrandir l'image
mardi 17 juin 2014, 20:45

L'énergie solaire peut-elle présenter un intérêt dans l'automobile ? Le constructeur automobile anglais Aston Martin, par le biais de la compétition, va prochainement apporter sa contribution à la question.

Aston Martin a noué un partenariat avec la société chinoise Hanergy Global Solar basée à Pékin, laquelle est une spécialiste de l'énergie solaire. Ce partenariat va porter sur une collaboration en compétition via le championnat du monde d'endurance, le WEC, dans lequel le constructeur britannique est impliqué en GT. La réglementation en vigueur oblige les GT à être équipées d'un système d'air conditionné, lequel utilise la puissance du moteur et augmente la consommation. L'exploitation de la technologie solaire va donc servir à fournir en énergie la climatisation, ceci à partir de la prochaine manche du championnat du monde qui sera disputée aux Etats-Unis, sur le circuit d'Austin. Si l'exploitation de cette technologie pourrait se traduire pour Aston Martin Racing par un gain en compétition, il servira également aux intérêts de Hanergy. Aston Martin offre en effet à l'entreprise chinoise une occasion de tester ses systèmes dans des conditions extrêmes.

Notez que Prodrive, qui est en charge de l'exploitation du programme sportif d'Aston Martin, va prochainement utiliser le savoir-faire de la société Hanergy dans ses nouvelles installations de Banbury (Angleterre).

Source: Par Antoine Dufeu

Une maison à énergie positive

Cliquez pour agrandir l'image
dimanche 15 juin 2014, 13:45

Une maison qui produit plus d'énergie qu'elle n'en consomme : très peu de maisons de ce type, à énergie positive, sont sorties de terre en France. À Belfort-du-Quercy, une entreprise, Quercy Habitat, après avoir construit des maisons à basse consommation, s'est lancée dans ces constructions à énergie positive. Lors d'une opération portes ouvertes nous avons visité une de ses réalisations, dans le Tarn-et-Garonne.

Les principes de cet habitat correspondent à un niveau très élevé d'efficacité énergétique, la maison à énergie positive devant avoir une consommation la plus basse possible : on peut citer les murs en béton cellulaire de 50 cm d'épaisseur, le triple vitrage, la suppression des ponts thermiques, les systèmes de ventilation double-flux qui permettent de limiter les pertes de chaleur par récupération d'énergie, l'éclairage à partir de LED, la récupération des eaux pluviales (arrosage, sanitaires). Une maison à énergie positive doit également produire de l'énergie localement, à partir de sources d'énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques, chauffe-eau solaire). Le coût revient à environ 1 500 € le m2. «Ce marché va susciter des demandes de plus en plus importantes, avance Franck Boissel, responsable de Quercy Habitat. À moyen terme, il va forcément être porteur d'emploi.»

Quand on sait que le logement et le tertiaire représentent 44 % de la consommation d'énergie en France…

Source: Par La Dépêche du Midi

L'électricité éolienne et solaire moins chère que le nucléaire ?

Cliquez pour agrandir l'image
jeudi 12 juin 2014, 19:35

La production d'électricité éolienne ou solaire sera bientôt plus compétitive que le nucléaire si on devait prolonger la durée de vie des centrales au-delà de 40 ans, selon Greenpeace.

Selon l'ONG écologiste, prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires français de 10 ans, à un niveau de sûreté similaire à celui du nouveau réacteur EPR, se traduirait par un coût de production moyen de 133 euros par mégawattheure (MWh), pour un investissement de 4,35 milliards d'euros par réacteur.

Cette estimation du coût des investissements nécessaires dans la sûreté diffère nettement de celle d'EDF, qui évalue à environ un milliard d'euros la somme qui doit être investie par réacteur, soit 55 milliards pour la totalité du parc.

La Cour des comptes estime elle que les investissements nécessaires seraient plutôt de l'ordre de 62,5 milliards à l'horizon 2025, et même 90 milliards jusqu'en 2033.

Selon l'analyse de Greenpeace, qui a condensé des études et données déjà produites par différents organismes, "le coût courant économique du nucléaire dépasserait, dans ces conditions, les coûts futurs de production des principales énergies renouvelables électriques".

Quelles alternatives ?

"Ce dépassement serait effectif dès aujourd'hui pour l'éolien terrestre (coût compris entre 40 et 80 euros/MWh), dès 2018 pour le solaire et à partir de 2020 pour l'éolien maritime", a indiqué Cyrille Cormier, chargé de l'Energie et du climat à Greenpeace, lors d'une présentation à la presse.

Le responsable de l'ONG a insisté sur "la nécessité de prendre aujourd'hui des décisions sur la durée de vie des centrales", en rappelant que deux-tiers du parc des réacteurs aura 40 ans en 2025.

"Ne pas prendre de décision aujourd'hui revient de fait à prolonger les centrales, faute d'alternatives déployées d'ici 2025", pour prendre le relais des centrales qui fermeraient après 40 ans de fonctionnement, a-t-il ajouté.

Les alternatives sont soit la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, ce à quoi Greenpeace est opposé, soit le développement des énergies renouvelables.

Moins de risques liés à la sécurité

Si on remplace les anciens réacteurs par des EPR, "le coût de production médian serait d'environ 95 euros par MWh", a précisé Cyrille Cormier, un coût qui serait selon l'ONG comparable à celui de l'éolien terrestre, mais en deçà de l'éolien maritime et du photovoltaïque.

En revanche, avec les énergies renouvelables, les risques sur les investissements et les risques liés à la sûreté sont bien moins élevés, a mis en avant le chargé de campagne Energie et climat.

Au sujet des risques liés aux investissements, il a souligné que la décision de prolonger l'exploitation des centrales et les travaux nécessaires relevaient de l''Autorité de sûreté nucléaire et non de l'exploitant EDF.

"Tous ces éléments devraient entraîner le choix de ne pas prolonger la durée de vie du parc actuel et plaider en faveur d'un plan massif d'investissements dans les renouvelables", a conclu Cyrille Cormier.

Le coût de production du nucléaire en augmentation constante

Dans un rapport publié fin mai, la Cour des comptes avait déjà tiré la sonnette d'alarme contre l'augmentation croissante du coût de l'énergie atomique en France, qui représente 75% de la production électrique du pays, en raison d'importants investissements dans les centrales vieillissantes.

Elle avait établi qu'entre 2010 et 2013, le coût de production moyen des centrales françaises avait augmenté de 20%.Le dimensionnement du parc nucléaire est au coeur du débat sur la transition énergétique, l'un des chantiers majeurs du quinquennat selon François Hollande.

La loi sur la transition énergétique, dont la première mouture doit être présentée la semaine prochaine en conseil des ministres, doit notamment préciser comment le gouvernement compte parvenir à faire baisser à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025, l'un des engagements de campagne du président de la République.

Source : AFP

Une remorque éolienne pour l'éclairage autoroutier nocturne

Cliquez pour agrandir l'image
mardi 10 juin 2014, 13:35

La société Verteole, spécialisée dans l'énergie renouvelable, et Cofiroute, une filiale du groupe Vinci, testent depuis maintenant 3 semaines un nouveau dispositif énergétique baptisée « remorque éolienne ». Installée sur l'A71 entre les communes de Theillay et Vierzon, cette installation prototype vise à rendre autonome les systèmes d'éclairages de nuit lors des basculements de circulation.

Explications :

Ce nouveau dispositif expérimental se présente sous la forme de deux éoliennes verticales embarquées sur une remorque placée sur une voie d'autoroute. Tout au long de la journée, ces éoliennes captent l'énergie générée par les déplacements d'air des véhicules qui passent à proximité. Une énergie stockée dans des batteries au lithium qui permettront, une fois la nuit venue, d'alimenter le système d'éclairage nécessaire aux travaux d'élargissement de la voie.

Cette innovation autonome, actuellement en phase de test, permet donc de valoriser l'énergie produite par le trafic autoroutier. Elle a été conçue pour se substituer aux groupes électrogènes traditionnellement utilisés pour éclairer les chantiers de nuit. Des équipements qui fonctionnent à l'énergie fossile émettrice de CO2 et qui nécessitent l'intervention du personnel d'exploitation pour être réalimentés.

Le système renouvelable de Cofiroute est également constitué de panneaux solaires afin de renforcer son autonomie énergétique. Si son prix est plus élevé que celui d'un groupe électrogène, il permettrait cependant à l'exploitant d'éviter le rejet dans l'atmosphère de quelques 87 tonnes de CO2 (à savoir les émissions de Cofiroute liées aux opérations de basculement en 2013).

Source: Par Yoann Gibert

"Vertiwind", un nénuphar bientôt en mer ?

Cliquez pour agrandir l'image
mardi 10 juin 2014, 9:45

L'entreprise lilloise Nenuphar a imaginé une éolienne à la double spécificité : celle-ci flotte et ses pales tournent autour d'un axe vertical. Une levée de fonds de 15 millions d'euros a été réalisée au mois d'avril 2014 pour poursuivre le développement de cette curiosité baptisée « Vertiwind ».

Une éolienne aux multiples avantages

Créée en 2006, la start-up Nénuphar a conçu un dispositif d'éolienne flottante à axe vertical. Il est prévu de fixer cette éolienne, baptisée « Vertiwind », sur des flotteurs accrochés au fond marin, ce qui permet de l'installer dans des zones où la profondeur d'eau dépasse 50 mètres (jusqu'à 200 m de profondeur).

Cela constitue un avantage indéniable pour l'installation d'éoliennes en mer, sachant que les fonds marins chutent rapidement sur la façade atlantique et méditerranéenne, ce qui désavantage la France par rapport à des pays comme le Royaume-Uni dont le littoral proche est moins profond en moyenne.

Les concepteurs de Vertiwind avancent 3 avantages majeurs pour présenter Vertiwind :

sa structure est plus simple et plus robuste dans des conditions maritimes extrêmes que les éoliennes traditionnelles ;
elle est plus économique, le coût des fondations étant réduit. Seuls de petits flotteurs sont nécessaires puisque le centre de gravité de l'éolienne est réduit (le coût de l'éolienne n'est toutefois pas précisé à l'heure actuelle) ;
son impact dans le paysage est plus limité car l'éolienne est moins haute.

Des fonds en attendant la mise à l'eau

Concrètement, l'éolienne imaginée mesure 100 m de hauteur et 50 m d'envergure. Sa puissance maximale atteint 2 MW. Elle n'existe toutefois pas encore : le protoype de Vertiwind devrait être testé en mer à partir de fin 2015. La société Nenuphar ne communique d'ailleurs pas sur ce projet à l'heure actuelle alors qu'elle doit préciser ses futurs développements avec ses partenaires.

La start-up lilloise a déjà conclu avec EDF Energies nouvelles la mise en place courant 2016 de 13 de ces éoliennes au large de Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. Notons que ces éoliennes pourraient ainsi faire face aux terminaux méthaniers qui sont déjà installés dans cette ville portuaire.

En avril, trois acteurs ont investi 5 millions d'euros chacun dans ce projet : l'industriel Areva, Bpifrance via le fonds Ecotechnologies et Idinvest Partners qui gère des fonds investisseurs. Une montée progressive d'Areva au capital de la société est également prévue, une belle perspective pour un nénuphar qui n'a pas encore touché l'eau.

Source: Par connaissance des energies

Plaisance-du-Touch : Bientôt la plus grande centrale solaire au monde

Les ombrières de Green Yellow
lundi 26 mai 2014, 13:55

À l'orée de 2017, l'ouest toulousain accueillera un centre commercial nouvelle génération, baptisé Val Tolosa (voir l'encadré), sur la commune de Plaisance-du-Touch. C'est là que la société Green Yellow, filiale du groupe Casino, va construire la plus grande centrale photovoltaïque du monde associée à un bâtiment commercial.

Entretien avec son directeur général, Otmane Hajji.

Green Yellow est une entreprise spécialisée dans le solaire, mais pas que…

L'aventure a débuté dans l'énergie solaire, puis on s'est spécialisé dans la performance énergétique du bâtiment. Avec une vision d'apporter de l'intelligence énergétique : des moyens de productions décentralisés, comme le solaire, l'efficacité énergétique pour réduire la facture, mais aussi toute l'interaction entre le bâtiment et le réseau de distribution. On pense qu'en traitant ces sujets on fait en sorte que le bâtiment devienne performant, et donc demain, autonome d'un point de vue énergétique.

Quelle est votre ambition pour Val Tolosa ?

C'est d'accompagner un projet innovant d'un point de vue immobilier. On a affaire à l'un des derniers grands centres de shopping français avec une échelle importante, sur laquelle on apporte de l'innovation par l'intégration d'une centrale solaire. Elle va viser la toiture et le parking. Et c'est du solaire intelligent, puisqu'il est sans conflit d'usage : on n'est pas sur des terres agricoles, mais sur des toits et des parkings bitumés. De plus, les ombrières que nous réalisons sur les parkings permettent au client, qui est aussi un citoyen, d'appréhender les questions de transition énergétique.

Quelle sera la puissance produite ?

On a pour objectif de produire 28 % de l'énergie consommée par le centre commercial, on est donc sur des ratios très importants. On est sur une logique industrielle, avec 12 mégaWatts de centrale, ce sera la plus grosse sur un bâtiment commercial. On n'a pas trouvé d'équivalent au monde. Ça représente la consommation d'une ville de 10 000 à 15 000 habitants. Et ce sont plus de 35 000 panneaux qui seront installés, dans une logique de partenariat industriel avec des entreprises locales.

Vous aurez donc un impact sur l'emploi local ?

Oui, via la société Sun Power, filiale de Total, qui a son usine à Toulouse, et qui propose des produits de haute technologie. Leur panneau a 30 % de rendement de plus que le panneau chinois. C'est le plus puissant au monde, et c'est celui que nous utilisons.

Val Tolosa, le centre nouvelle génération

Un grand parc paysager de 9 hectares, 2 000 arbres plantés et un lac : le futur centre commercial Val Tolosa se veut nouvelle génération et porté sur la nature. Avec 150 enseignes sur 60 000 m2 de surfaces de vente, ce sont environ 2 500 emplois qui devraient y être créés. Imaginé il y a presque dix ans sur la commune de Plaisance-du-Touch à une dizaine de minutes à l'ouest de Toulouse, le projet devrait voir bientôt sa première pierre posée, pour une livraison estimée à la toute fin 2016, début 2017. Le financement, de l'ordre de 350 millions d'euros, est assuré par le promoteur Unibail-Rodamco.

Source: Par Olivier Auradou

Des éoliennes volantes pour générer plus d'énergie

Une enveloppe de 10 m de diamètre
mercredi 21 mai 2014, 10:15

Une start-up vient de commercialiser la première éolienne volante. Cette turbine d'un nouveau genre est autonome et recherche en permanence les vents les plus forts possibles pour obtenir un rendement optimal.

Altaeros Energies, une start-up émanant du MIT, a mis au point la première éolienne commerciale flottant dans les airs. Baptisée BAT (Buoyant Air Turbine), elle est équipée d'une enveloppe gonflée à l'hélium qui lui permet de flotter à une altitude allant de 300 à 600 m. Cela lui permet de capter des vents beaucoup plus forts (de cinq à huit fois plus forts) et plus réguliers qu'une éolienne classique, résultant en une production énergétique deux fois plus importante.

L'enveloppe circulaire qui lui confère sa portance fait 10 m de diamètre et est fabriquée avec le même matériau que celui utilisé pour les dirigeables ou les voiles de bateaux. La BAT est arrimée à une station au sol par trois câbles, et elle ajuste son altitude et son orientation automatiquement pour obtenir les vents les plus forts possibles, qu'elle détecte à l'aide d'anémomètres. L'électricité générée (sa capacité est de 30 kilowatts) est ensuite transmise à la station par les câbles avant d'être acheminée jusqu'au réseau électrique. Elle peut de plus embarquer une antenne Wi-Fi, afin de connecter un village isolé, un site industriel ou une base militaire. Son altitude lui permet de couvrir une surface de six à huit fois plus importante qu'une antenne classique.

UNE ALTERNATIVE AUX GROUPES ÉLECTROGÈNES

La BAT est capable de soutenir des vents de plus de 160 km/h, et n'est pas affectée par la pluie ou la neige. Et en cas de problème ou si l'un des câbles venait à se rompre, le système est capable de retourner à sa station au sol grâce à un câblage de secours, qui sert également à protéger le système de la foudre. Cette autonomie est l'une des forces de la BAT, et la rend particulièrement adaptée aux environnements difficiles.

Ces environnements sont la principale cible du système, qui ne vise pas à remplacer les éoliennes classiques, mais plutôt les groupes électrogènes au diesel. Le but est de proposer des solutions d'énergie renouvelable dans des zones où cela n'est habituellement pas faisable. La BAT sera à ce titre déployée en Alaska l'année prochaine, près de la ville de Fairbanks. Le coût actuel de l'énergie pour les habitants est de 1 dollar par kilowatt-heure, et Altereos Energies espère que ce déploiement le fera descendre à 18 cents par kWh.

Source: Par Julien Bergounhoux
Crédits photo : © Altaeros Energies

Eolienne : découvrez l'arbre à vent

Cet arbre n’est pas que décoratif. Il cache autant de petites éoliennes que de feuilles.
dimanche 18 mai 2014, 16:55

UN BIEN DRÔLE d'arbre... tronc en acier, feuilles vert tendre en plastique. Il ne s'agit pas de l'oeuvre d'un artiste inspiré par la nature. Cet arbre est une mini-éolienne. Un prototype vient a été installé à Marennes (Charente-Maritime). Comment fonctionne donc celui qu'on a baptisé « l'arbre à vent » ? Selon l'idée de la société NewWind, qui l'a conçu, chacune des feuilles tourne au moindre souffle de vent et produit ainsi de l'énergie.

Il existe deux modèles, équipés de 72 feuilles ou 96 feuilles. Le plus petit suffit aux besoins d'un foyer de quatre personnes.

Les feuilles produisent de l'électricité

Par rapport à une éolienne classique, l'arbre qui produit de l'électricité présente de gros avantages : il est très léger puisqu'il ne pèse que 2 kg. Les feuilles qui sont qui sont en fait les pales se déclenchent avec un souffle d'air de 2 m/s et sont reliées à un générateur. L'éolienne classique a besoin, elle, d'une poussée au moins deux fois supérieure pour démarrer. Autre qualité, l'arbre à vent est silencieux et peut donc être installé tout près des maisons.

La mini-éolienne coûte 25 000 euros. Outre celle de Charente-Maritime, il en existe une autre (la première installée) à Pleumeur-Bodou (Côtes-d'Armor). La Ville de Paris a annoncé son intention d'en installer une dans la capitale. Un seul de ces drôles d'arbustes peut alimenter une quinzaine de réverbères dans une rue. Le brevet de l'arbre à vent a été déposé en mars 2012 pour la France, avec extension mondiale en octobre 2012. NewWind souhaite conquérir de nouveaux marchés fermés jusqu'alors aux éoliennes traditionnelles.

Source: Par Le Parisien - document New Wind



Partenaire de toutes vos idées, le Comptoir Eolien partenaire ENF Solar offre toute son expertise et accompagne à chaque étape particulier et professionnel, en vous proposant de nombreuses gammes de produits en matériel solaire et matériel éolien ainsi que des eoliennes horizontales de qualité professionnelle au meilleur prix ! En effet, fort de son expérience de plus de 8 ans, le Comptoir Eolien a su analyser et comprendre vos besoins nous disposons d'une large gamme de kits réseau pour réduction de facture EDF. C'est pourquoi nous vous proposons une vaste gamme de produits tournée vers les énergies nouvelles et renouvelables. Découvrez sur ComptoirEolien.fr plus de 1200 produits référencés pour équiper votre camping-car, votre maison ou votre voilier avec un kit hybride.





Livraison    Satisfait ou remboursé    Moyens de paiements    FAQ    Mentions légales    Contactez-nous

Les photos des produits ne sont pas contractuelles; se référer à la fiche du produit.
ComptoirEolien.com - ComptoirEolien.fr - L'expert du matériel éolien et solaire.
Ce site est enregistré auprès de la CNIL sous le N°: 1391557.
Copyright © 2007-2018 - Le Comptoir Eolien ® - Groupe MADAULE - Tous droits réservés.
Conception web : Madaule Jérôme - Propulsé par Lauyan - Dernières mises à jour le : .
Pour toujours plus de proximité, nous sommes également présents sur les réseaux sociaux :
Facebook , ✔ Twitter et ✔ Google+


Infos - diverses    ✔ Infos - éoliennes    ✔ Infos - solaire    ✔ Le blog

4.8 / 5 Calculé sur 333 avis vérifiés