Nos clients parlent de nous ! Voir les commentaires de nos clients



   

Le blog - news

L'électroménager plus énergivore que promis par l'étiquette


mercredi 21 juin 2017, 14:35

Une ONG a étudié la fiabilité des informations annoncées sur les étiquettes énergie des appareils d'électroménager. Dans près de 20% des cas, les données transmises aux consommateurs sont erronées.

Avec ses sept couleurs, l'étiquette indiquant la consommation d'énergie des appareils d'électroménager est un des arguments de vente principaux. Mais est-elle vraiment fiable ? Pas vraiment à en croire une ONG européenne. Lave-vaisselle, télévision, réfrigérateur... Vingt appareils testés et une même conclusion : ils consomment plus qu'annoncé par le fabricant.

Les étiquettes énergie des appareils d'électroménager

Les tests ne reflètent pas la réalité

Pour certains réfrigérateurs, la consommation peut être 32% plus élevée. La raison d'un tel écart : les fabricants optimisent leurs appareils lors des tests, ce qui ne reflète pas les conditions normales d'utilisation. Par exemple, un frigo sera ouvert et fermé plusieurs fois par jour à la maison, mais pas forcément en salle de test. Les fabricants affirment dépenser plus d'un milliard d'euros pour rendre les produits plus performants.

Source: Par France info :

New Wind liquidé malgré le soutien d'Arnaud Montebourg


mercredi 31 mai 2017, 09:48

Inventrice de l'arbre à vent, une vraie technologie de rupture dans l'éolien urbain, la société bretonne New Wind n'a pas pu éviter la liquidation en dépit du soutien d'Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Economie et du Redressement productif y a investi à titre personnel et a assuré la présidence du conseil de surveillance jusqu'en octobre 2016.

Un vent mauvais souffle sur New Wind. Lancée en 2011, la start-up bretonne qui a inventé et breveté l'arbre à vent, dont les feuilles sont de véritables mini-éoliennes qui produisent de l'énergie électrique grâce à de petites turbines équipées de générateurs, cherchait à lever 5 millions d'euros. Mais elle n'a pas réussi à boucler son tour de table, malgré la présence à son capital d'Arnaud Montebourg. L'ancien ministre de l'Economie et du Redressement productif a engagé 56.000 euros, à titre personnel, dans cette société innovante, dont il a assuré la présidence du conseil de surveillance pendant un an. Il a démissionné de cette fonction en octobre 2016, suite à sa décision de se porter candidat à l'élection présidentielle 2017 dans le cadre de la primaire socialiste. Sa notoriété, son expérience et son carnet d'adresses n'ont pas permis de sauver New Wind, qui vient d'être liquidée par le tribunal de commerce de Saint-Brieuc et son équipe d'une dizaine de personnes licenciées.

Cliquez pour agrandir l'image

Un repreneur potentiel sur les rangs

En octobre dernier, l'ancien ministre indiquait pourtant aux Echos : « Les pistes en cours pour son tour de table sont sérieuses, je ne pense pas avoir travaillé pour rien, je crois en cette entreprise ». Un repreneur potentiel - un industriel français de la plasturgie et spécialisé dans le mobilier urbain - serait sur les rangs pour racheter les brevets et le savoir-faire. Rien n'est encore signé et cet éventuel projet de reprise devra être accepté par le tribunal. « Entre octobre 2016 et mars 2017, les pré-commandes se comptent en milliers », précise, de son côté, Jérôme Michaud-Larivière, le président fondateur de New Wind. Selon un proche du dossier, les coûts de fabrication de l'arbre à vent seraient beaucoup trop importants. Ils ne permettraient pas de dégager la moindre marge. Les dettes s'accumulant, alors que les commandes n'étaient pas toutes honorées, ont conduit les juges à stopper l'hémorragie. L'entreprise peut-elle repartir sur de nouvelles bases ? Son créateur veut d'autant plus y croire que son arbre à vent a bénéficié d'une importante couverture médiatique, qui lui a permis de recevoir de nombreuses sollicitations de collectivités locales, d'entreprises françaises et étrangères. Au début de son aventure, la société a levé des fonds sur la plate-forme de financement participatif Wiseed. Elle a également reçu le soutien d'Armor Angels mais aussi de banques, ce qui lui avait permis de réunir un total initial de 2,4 millions d'euros de fonds propres, mais insuffisants pour assurer la production.

Source: Par Stanislas du Guerny

JCDecaux déploie une éolienne urbaine sur les abribus islandais.


mercredi 10 mai 2017, 07:48

Avec son électricité 100% verte, l'Islande fait office de paradis des énergies renouvelables. Très en avance sur le reste des pays occidentaux, l'Islande est aussi devenu un territoire sur lequel les entreprises du domaine énergétique développent de nouvelles solutions pour déployer les énergies renouvelables dans tous les milieux, surtout en zone urbaine. L'éolienne IceWind est la dernière-née de toute une série d'éoliennes nouvelle génération : plus petite et installée sur un axe vertical, elle a été pensée pour les installations urbaines. L'entreprise JCDecaux, partenaire d'IceWind, a déployé les éoliennes sur ses abribus islandais.

Une éolienne urbaine


Après avoir énormément développé l'hydroélectricité et la géothermie pour faire progresser rapidement la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique, l'Islande s'intéresse désormais à l'éolien. Dans les faits, plusieurs projets visent à développer l'énergie d'origine éolienne sur l'ensemble du territoire islandais, et notamment dans les zones urbaines. Pour répondre aux contraintes particulières de telles zones où il n'est pas possible d'installer des éoliennes traditionnelles, plusieurs entreprises cherchent à mettre au point de nouvelles générations d'éoliennes. L'entreprise islandaise IceWind a ainsi développé un tout nouveau modèle d'éolienne urbaine, plus compact et tout aussi performant que les modèles habituels.

La première particularité de l'éolienne urbaine CW1000, c'est sa forme : elle est construite sur un axe vertical, ce qui la rend à la fois plus résistante et plus silencieuse que les autres modèles. Ce n'est pas nécessaire de l'installer face au vent pour qu'elle fonctionne. Elle a été pensée pour être installée dans des zones où le vent n'est pas très fort ; elle peut donc fonctionner avec des vents dont la force est inférieure à 2 mètres/seconde. Mais l'éolienne supporte des ventes jusqu'à 50 mètres/seconde. Par ailleurs, du fait de son axe vertical, elle résiste très bien aux conditions météorologiques extrêmes, notamment les tourbillons de vents, les tempêtes et même le gel.

Autre innovation : l'éolienne de IceWind existe en version standard ainsi qu'en version « miniature ». Avec moins de un mètre de haut, ce format ultra compact a été spécialement pensé pour être déployé en zone urbaine. Et c'est pour faire la publicité de ce modèle que l'entreprise islandaise a signé un partenariat avec le français JCDecaux afin de tester ce format d'éolienne urbaine sur les abribus de Reykjavik.

Cliquez pour agrandir l'image

Amener l'énergie au plus près des consommateurs.


Avec cette éolienne urbaine, JCDecaux veut tester une formule innovante pour embarquer une source d'énergie renouvelable sur le mobilier urbain. Plusieurs entreprises dans le monde tentent déjà de se positionner sur ce marché en pleine ébullition. Lampadaires qui servent à charger les batteries de voiture, arbres solaires, arbres éoliens… Le mobilier urbain subit une transformation radicale avec l'avènement de la transition énergétique. La nouvelle stratégie énergétique des villes n'implique pas seulement de trouver des solutions pour aller vers une autonomie énergétique du mobilier urbain ; le but est aussi d'apporter l'énergie au plus près des consommateurs. Les contraintes de mobilité actuelles sont telles que chacun souhaite désormais disposer de bornes de recharge pour ses appareils : smartphones, tablettes, lecteurs MP3, consoles portables, ordinateurs…

La solution imaginée par IceWind offre un double avantage : elle s'intègre facilement dans l'environnement urbain et elle utilise une ressource naturellement présente dans les villes. En étant capable d'exploiter des vents de faible amplitude, une éolienne urbaine ne demande pas beaucoup de puissance pour fonctionner, ce qui assure une meilleure autonomie. Son format compact ainsi que son design (la forme de ses hélices ne présente aucun danger pour les oiseaux) facilitent son déploiement en ville. En l'installant sur des abribus, JCDecaux peut rentabiliser l'espace inoccupé du toit des abribus, alimenter les abribus en énergie et proposer un service de bornes de recharge à ses usagers. Une stratégie 100% gagnante.

Vers un déploiement chez les particuliers


Si JCDecaux est satisfait de ce partenariat, la prochaine étape pourrait être un déploiement international de son éolienne urbaine sur les abribus d'autres grandes villes dans le monde. Pour IceWind, cette période de test dans les rues de Reykjavik sert de prélude à une stratégie de grande ampleur qui devrait viser le marché des énergies domestiques. Puisque cette éolienne urbaine CW1000 est à la fois compacte, performante et silencieuse, son déploiement en zone urbaine ne se limite pas aux équipements urbains : elle pourrait aussi être installée dans des zones d'habitation urbaines. Pour l'entreprise islandaise, le but est de démontrer l'intérêt de cette solution pour des particuliers qui souhaitent améliorer les capacités énergétiques de leur habitation. Et avec l'exemple de cette éolienne urbaine islandaise, on peut désormais apercevoir la prochaine étape de l'évolution énergétique : des appareils plus petits, capables de fournir de l'énergie n'importe où et complètement intégrés au cadre de vie des utilisateurs.

Source: Par la rédaction l'Energeek

L'éolienne miniature portative.


vendredi 5 mai 2017, 10:25

Après l'arbre à vent, traité dans un article précèdent, voici la Micro Wind Turbine, une éolienne portative créée pour vous accompagner dans vos bivouacs.

Née de l'imagination du jeune Allemand Nils Ferber, ce projet est un savant mélange de science et de technologie, permettant d'offrir une source d'énergie inépuisable et respectueuse de environnement. Nils est un créateur avec un regard neuf qui s'est déjà fait remarquer dans plusieurs projets inspirant et innovant.

L'idée – trouver de l'électricité en haute montagne, ce qui n'est pas courant vous en conviendrez ! Voici donc l'éolienne miniature, portative, permettant de recharger tous vos appareils électroniques.

Une génératrice électrique conçue pour les randonneurs et les sauveteurs en opérations. Quand on est loin de la civilisation sans aucune forme de communication, on peut se sentir un peu seul au monde.

Un concept qui a l'avantage de fonctionner jour et nuit, même dans les conditions les plus difficiles, à condition qu'il y ait du vent, mais en haut d'une montagne, ça ne devrait pas être trop compliqué…

Avec l'apparence d'un cerf-volant et ses lignes arrondies, la Micro Wind Turbine capture le vent dans toutes les directions. L'énergie (24Wh) peut être ensuite utilisée en charge direct ou stockée dans sa batterie intégrée.

Cliquez pour agrandir l'image

Munie d'une prise USB elle produit une énergie constante de 5 Watts pour une vitesse de vent de 18km/h. Elle offre donc un rendement élevé même à des vitesses de vents faibles, d'après Nils Ferber.

La micro turbine éolienne ne pèse que 1000gr et est entièrement basée sur le principe de compression et de traction. Elle se déroule en seulement quelques secondes en tirant simplement sur l'arbre télescopique.

Projet à suivre

Ce prototype est toujours en développement afin d'optimiser les coûts de construction et ainsi offrir une version fonctionnelle au grand public. Mais comme toutes les bonnes idées, celle-ci doit être accompagnée de partenaires financiers afin de voir le jour, ce qui n'est toujours pas le cas…

Un prototype a été construit et présenté au salon «  Dubai Design Week »  la semaine du 24 au le 29 octobre 2016.

Avec une fabrication qui demande très peu d'investissement, nous souhaitons un bel avenir à ce projet.

Source: Par Yogazen

Au Japon, la première éolienne capable de braver les typhons


mercredi 5 avril 2017, 10:05

Le Japon est balayé chaque année par de nombreux typhons, un phénomène naturel qu'Atsushi Shimizu rêve de transformer en énergie grâce à la première éolienne capable de résister à une telle force destructrice et d'en tirer de l'électricité.

Il s'appuie sur l'effet Magnus, du nom d'un physicien allemand du XIXe siècle, Gustav Magnus. Tout comme un ballon de football prend des changements de direction à l'approche du but du fait du mouvement de rotation imprimé par le joueur au moment de la frappe, les cylindres permettent de générer une force utilisée pour entraîner un générateur, grâce aux courants d'air et variations de pression à leurs pourtours.

D'autres éoliennes à effet Magnus existent déjà, notamment celles du fabricant japonais Mecaro, mais leur forme rappelle les traditionnelles éoliennes, avec des cylindres à la place des pales. Elles sont de ce fait plus vulnérables à des vents très violents, dépassant 150 km/h.

Pour l'heure, le Japon a surtout misé sur le solaire pour élever la part d'énergies renouvelables depuis l'accident nucléaire de Fukushima de mars 2011, qui a porté un coup d'arrêt à l'énergie atomique.

Le vent ne contribue à la production d'électricité qu'à très modeste échelle (moins de 1%). Pourtant, "selon des estimations, l'énergie éolienne a plus de potentiel ici que le solaire", souligne auprès de l'AFP l'inventeur de 37 ans, qui a quitté son travail pour lancer sa start-up Challenergy en 2014.

Des vents capricieux et l'abondance de terrains vallonnés ne se prêtent pas aux éoliennes classiques à trois pales, communes dans d'autres pays, sans oublier la menace des typhons qui peut les réduire en miettes.

Atsushi Shimizu, fondateur de la star-up Challenergy, à côté de son éolienne sans pales, à Tokyo le 20 octobre 2016 -AFP/Archives/Kazuhiro NOGI

Rêves planétaires

Cependant certains experts sont sceptiques. "Une éolienne comme celle de Challenergy pourrait être très résistante par vents forts, mais étant donné qu'elle ne fonctionnerait qu'une partie de l'année nous ne savons pas si elle produirait plus d'énergie que les éoliennes traditionnelles", observe Izumi Ushiyama, de l'institut de technologie d'Ashikaga.

En outre, comme les autres énergies de ce type, dépendant de la lumière et/ou des conditions météorologiques, elles ne sont pleinement utilisables qu'associées à un dispositif de stockage et de régulation de courant. Si des batteries de très grande capacité pouvaient effectivement être chargées le temps d'un typhon pour alimenter ensuite une région, l'intérêt serait notable.

L'été dernier, Atsushi Shimizu et son équipe ont testé avec succès un prototype doté d'une minuscule puissance (seulement 1 kilowatt) dans l'archipel méridional d'Okinawa, où il a survécu à de puissants vents.

La petite entreprise espère débuter la production en série d'engins de 10 kW d'ici aux jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Elle nourrit aussi des ambitions à l'étranger, en particulier aux Philippines, à Taïwan et aux Etats-Unis.

"Si nous sommes capables d'inventer une éolienne adaptée à l'environnement japonais, nous serons capables de les bâtir dans de nombreux autres endroits du monde qui ont un climat similaire", assure M. Shimizu. "C'est notre rêve".

Source: Par AFP

Le lycée Rotrou à Dreux, crée l'éolienne du futur !


lundi 3 avril 2017, 09:25

À l'heure où le concept d'énergie renouvelable a le vent en poupe, des lycéens de Rotrou ont imaginé l'éolienne de demain. Un prototype qui fonctionne !

Elle mesure 1,80 m, pèse 60 kg, se compose d'un incroyable alliage composé de roues de vélo en métal, de pièces en PVC, d'un moteur électrique de 12 volts… et d'un dérailleur avec sa chaîne de vélo ! Cette éolienne urbaine n'a rien d'un gadget, elle fonctionne et produit de l'électricité. « On n'a pas de chance aujourd'hui, il n'y a pas de vent ! Mais elle fournit de l'énergie », a souri, hier, Marc Chartrain, le proviseur adjoint.

Cliquez pour agrandir l'image

Récompensée d'un prix spécial du jury à l'occasion d'un Concours national.

Cette machine fleurira peut-être un jour, à Dreux, Vernouillet ou Nogent-le-Roi. Avant cette hypothétique échéance, ses concepteurs, la classe de 1 re STL (Sciences et technologies de laboratoire), ont déjà décroché une bonne note : leur éolienne a été récompensée d'un prix spécial du jury à l'occasion du Concours national GIM (Génie industriel et maintenance)'Eole, à l'IUT de Roanne,dans la Loire, la semaine dernière. En se classant à la 18 e position (sur 23) du classement final, Rotrou tire son épingle du jeu.

D'autant que les inventeurs drouais ont su faire la différence parmi de sérieux candidats qui étaient tous en section d'IUT. Bruno Couet, proviseur de Rotrou, explique : « Dès la classe de 1 re, ils ont une compétence exemplaire et sont capables de travailler en groupes. Leur maturité leur permet de côtoyer sans mal des élèves en enseignement supérieur ».

"Ils ont une compétence exemplaire"

La partie était loin d'être gagnée. La mobilisation des élèves, le soutien sans faille de plusieurs enseignants (Grégory Poupardin, physique ; Jacques Le Berre, mathématiques, et Audrey Saliou, allemand) et des élèves ingénieurs de Roanne ont été déterminants dans la réussite d'un projet d'une année. L'objectif de ce concours est de mettre en lumière des réalisations d'étudiants sur le thème des énergies urbaines et propres, en particulier des éoliennes.

L'utilisation exclusive de matériels de récupération, fournis en partie par le collège de Nogent-le-Roi, a été l'un des défis relevés sans mal par les élèves qui ont d'abord pris un crayon et un papier. « On nous a demandé des schémas d'éoliennes urbaines. Les plus simples et les moins coûteuses ont été sélectionnées », précise Thibaut, l'un des élèves. À la différence des grandes machines fleurissant en plaine de Beauce, les éoliennes urbaines sont plus petites, plus discrètes dans le paysage des villes… et moins puissantes !

"On nous a demandé des schémas d'éoliennes urbaines"

Finalement, deux modèles ont été conçus. Moins performante, la deuxième éolienne a surtout servi pour fournir des pièces de rechange. « Elle est plus fragile, pas assez solide », précise Grégory Poupardin.

Fort d'un premier succès, les élèves redoublent d'énergie pour récidiver l'année prochaine. Pour eux, le concours Gim Eole « permet de passer de la théorie à la pratique. Nous avons été au bout de quelque chose ». Un élève souffle : « Cette année, on a fait le brouillon. L'an prochain, ça va déchirer ! ».

Source: Par Olivier Bohin

Que gagne-t-on à équiper sa maison d'une grosse batterie de stockage ?


dimanche 5 mars 2017, 16:55

Les constructeurs automobiles et fabricants d'électronique se lancent dans la course aux batteries domestiques. Un marché amené à se développer dans les prochaines années. Faisons le point sur cette technologie.

Avec un peu de retard, le leader mondial des véhicules électriques s'attaque au marché de la batterie domestique. Depuis quelques jours, Nissan propose aux particuliers d'acquérir sa batterie baptisée "xStorage Home". Développé en partenariat avec Eaton, cet équipement est censé permettre aux consommateurs de "contrôler quand et comment utiliser l'énergie chez eux".

Avant la marque japonaise, d'autres constructeurs automobiles ainsi que des grands noms de l'électronique ont présenté des appareils similaires.

Que gagne-t-on à équiper sa maison d'une grosse batterie de stockage ?

À quoi sert une batterie domestique ?

Comme son nom l'indique, une batterie domestique permet à un foyer de stocker de l'énergie. Celle-ci peut être issue de sources renouvelables (panneaux solaires, mini-éoliennes...) ou provenir directement du réseau électrique classique. Les foyers qui possèdent une batterie domestique sont donc à l'abri, lors des pics de consommation qui menacent le réseau ou lors d'intempéries, de tout risque de black-out électrique. L'appareil, sorte de groupe électrogène du 21e siècle, prenant alors le relais pour continuer à alimenter en énergie le lieu concerné.

Quand et comment la recharger ?

Un particulier qui bénéficie de la tarification heures pleines/heures creuses peut mettre en charge sa batterie la nuit (au moment où l'électricité est moins chère) puis utiliser l'énergie stockée au cours de la journée. L'idée étant, pour les fabricants, d'inciter les particuliers à auto-consommer leur énergie, et donc à réduire peu à peu leur consommation.

Compte tenu des tarifs de rachat de l'énergie, il est cependant plus intéressant de revendre à EDF l'électricité produite par une installation photovoltaïque ou éolienne que de l'auto-consommer.

Qui sont les acteurs du marché ?

Le marché de la batterie domestique est actuellement dominé par des constructeurs automobiles. Notamment ceux qui commercialisent des véhicules électriques. Nissan se sert ainsi des batteries usagées de ses véhicules pour fabriquer sa solution domestique. Une stratégie qui possède plusieurs avantages. Elle permet, d'une part de recycler en partie les piles des véhicules et d'autre part de faire baisser le prix de vente de l'équipement.

Aux côtés de Nissan, l'américain Tesla et l'allemand Mercedes-Benz commercialisent également leurs propres batteries domestiques. Baptisées respectivement "Powerwall 2" et "Energy Storage Home", elles embarquent dans leurs coeurs des accumulateurs neufs. Ces deux fabricants autorisent leurs clients à assembler plusieurs modules entre eux afin de disposer d'une réserve d'énergie plus importante.

Hors de la sphère automobile, deux grands noms de l'électronique se sont aussi lancé dans la production de batteries domestiques. Le japonais Panasonic propose sur certains marchés "LiEDO", un clone de la batterie Tesla Powerwall 2 de Tesla. Le français Schneider Electric, mène encore quelques tests mais prévoit de commercialiser sa batterie EcoBlade au deuxième trimestre 2017.

Combien ça coûte ?

Le prix de ces appareils varie selon les marques et les modèles. Les tarifs de vente prennent en compte les différentes caractéristiques techniques de l'équipement (cellules de batteries recyclées ou neuves, puissance délivrée ...).

Les tarifs de la batterie Nissan xStorage débutent par exemple à 3.500 euros hors taxes (et hors installation). À ce prix-là, le client bénéficie d'un appareil composé de cellules recyclées permettant de stocker 3,5 kilowatts-heure (kWh) d'énergie. Une batterie xStorage, équipée de cellules neuves, est vendue à partir de 5.000 euros. La plus chère de toutes les batteries domestiques Nissan coûte 5.580 euros hors taxes.

La batterie Tesla Powerwall 2 coûte 6.100 euros (hors taxes). Il est possible de commander et d'assembler jusqu'à 9 unités pour disposer d'une plus grande capacité de stockage.

Mercedes n'envisage pas, pour l'instant, de commercialiser sa solution en France. Les brochures éditées par le constructeur allemand ne mentionnent pas le prix de l'équipement. Selon un porte-parole de la marque, cité par nos confères de Business Insider, chaque module composant la batterie Energy Storage Home serait vendu aux alentours de 8.500 euros. 

Panasonic et Schneider Electric ne commercialisent pas encore leurs équipements en France.

Source: Par Antonin MORISCOT

On ne regrette pas l'investissement de notre éolienne.


lundi 27 février 2017, 10:48

Un couple d'Hurigny, dans le Mâconnais, a érigé une éolienne au fond de son terrain. S'il n'a pas trouvé la poule aux œufs d'or, il ne regrette pas son investissement.

C e n'est pas par militantisme écologiste que ce couple a installé en 2011 une éolienne de 15 mètres de haut (pales comprises) au bout de son terrain du quartier de la Grisière, à Hurigny. « À l'époque, il se disait que l'électricité allait augmenter de 25 %, se souviennent Brigitte Froppier et Thierry Rondot. Par anticipation, on a pensé que ce serait bien de produire de l'énergie renouvelable, solaire ou éolienne ». Thierry Rondot n'est pas très chaud pour les panneaux : « Le problème c'est l'entretien : je n'avais pas envie de monter sur le toit pour les nettoyer de temps en temps. Or c'est indispensable si l'on veut maintenir leur rendement… »

Leur choix se porte donc sur l'éolien, avec un investissement financier - environ 15 000 € pour la machine et l'installation - mais aussi en huile de coude : « Avec des copains, à la brouette, on a coulé un massif de béton pour soutenir le mat », explique Thierry Rondot.

Cliquez pour agrandir l'image

Un courant d'air naturel

Le couple opte pour l'autoconsommation. « On ne voulait pas de batterie, par manque de place et parce que ça peut être dangereux, ni de compteur pour revendre à Erdf car il aurait fallu payer une location chaque mois, même lorsque l'éolienne ne produit pas ».

La machine installée affiche une puissance de 2 kilowatts. Bien qu'installée dans un petit vallon axé nord-sud, l'éolienne bénéficie d'un courant d'air naturel. « On s'en était aperçu avant de l'installer car les branches des arbres bougeaient à cause du vent, même en été », assure Thierry Rondot, qui travaille dans la maintenance industrielle,

Lorsqu'elle tourne, l'éolienne fait fonctionner les appareils électroménagers de la maison. Au début de la vague de froid, en janvier, le vent a beaucoup soufflé, permettant d'alimenter les radiateurs électriques. Quand les pales sont immobiles, le réseau électrique classique prend le relais.

Sans regretter le moins du monde son investissement, le couple ne se fait pas d'illusion sur sa véritable rentabilité. Les factures d'électricité se retrouvent bien sûr allégées, mais « c'est sûr qu'on ne s'enrichira pas avec ça, sourit Brigitte Froppier. Cela reste tout de même très aléatoire, selon les périodes, avec ou sans vent ».

Son compagnon quant à lui apprécie le côté esthétique de la machine de fabrication américaine, ses pales profilées et l'absence de « safran » (sorte de gouvernail que l'on retrouve à l'arrière des modèles plus anciens). « On a l'impression de participer un peu, à notre manière, à la défense de l'environnement », confie Brigitte Froppier, employée au conseil départemental. Pas militante, et pourtant soucieuse de la planète…

Source: Par Damien Valette

Les Kényans craquent pour le solaire en kit


mardi 21 février 2017, 10:28

Traversée d'une Afrique bientôt électrique (4). Face à la pénurie et aux coupures d'électricité incessantes, 14 % des Kényans se sont tournés vers le photovoltaïque « hors réseau ».

Chaque soir, quand le soleil se couche sur Nairobi, le bidonville de Kangemi s'illumine. Le ciel violet laisse place au sodium orangé de l'éclairage public, au bleu des lampes anti-moustiques, au jaune pâle d'une flamme de kérosène, au blanc tungstène des ampoules à incandescence et, désormais, à l'éclat moins aveuglant du solaire.

La rue est moite, agitée. Les enfants jouent au football contre les murs. Les travailleurs rentrent à la maison et les commerçants en profitent pour ouvrir leurs échoppes, déployer leurs étals. Quartiers de bœuf, légumes luisants, beignets humides ou poissons capitaine. Comme ceux que Scholastica Tienow retourne et fend de son couteau. Le geste est plus précis depuis que les vapeurs de sa lampe à pétrole ne l'étourdissent plus.

Le rue de Kangemi

Pas d'électricité courante la journée

Il y a quatre mois, pour la remplacer, la poissonnière a acheté un kit solaire à l'entreprise américano-kényane M-Kopa. Cette version basique du kit comprend un panneau photovoltaïque, une batterie de 8 W, deux ampoules, une radio, un chargeur de téléphone et une torche. Elle utilise cette dernière pour éclairer son étal d'une lumière claire et désormais inoffensive. C'est la marchande de tomates, de l'autre côté de la rue, qui lui a mis la puce à l'oreille. « J'ai vu qu'elle n'utilisait plus sa lampe tempête mais avait une torche électrique, raconte Scholastica. Elle m'a dit qu'elle s'éclairait avec le soleil. » Quelques jours plus tard, elle aussi installait un panneau photovoltaïque non loin de son étal, sur le toit de sa maison, où elle nous reçoit aujourd'hui dans un salon rempli d'enfants qu'éclairent les ampoules du kit.

A 55 ans, Scholastica a trois fils, trois filles, et une poignée de petits-enfants qui regardent « Bob l'éponge » sur la télévision du salon. « A Kangemi, la plupart des maisons sont raccordées au réseau électrique national, explique-t-elle. Mais les coupures et les délestages sont réguliers. Dans notre maison, nous n'avons pas de lumière la journée, car notre propriétaire coupe l'électricité de 6 heures du matin à 18 heures. » Scholastica et son mari, ouvrier temporaire dans le bâtiment, paient 5 000 shillings (44 euros) de loyer, l'électricité étant comprise par le contrat de bail, mais limitée.

A cause des coupures régulières, les devoirs des enfants devaient être faits aux derniers rayons du soleil devant la maison pour éviter qu'à l'intérieur la lampe à kérosène ne les fasse tousser et noircisse les murs. Une des raisons qui l'a conduite, à l'instar de 14 % des Kenyans, à opter pour le solaire, quand 56 % de la population utilise encore le kérosène, les piles et les bougies comme sources principales de lumière, les autres étant raccordés au réseau électrique.

Pour obtenir son kit, elle a dû verser un acompte de 3 000 shillings à M-Kopa et doit leur envoyer sur la durée d'une année 50 shillings (0,44 euro) par jour via M-Pesa, un système de transfert d'argent par SMS extrêmement populaire au Kenya. Une somme qu'elle peut payer en avance, 350 shillings par semaine ou 1 500 par mois. Scholastica, qui gagne 3 000 shillings par jour, n'a pas de difficulté à payer. « Après un an, le panneau solaire et tous les objets connectés m'appartiendront, explique-t-elle. Je pourrai en faire usage librement. » Le kit ainsi remboursé lui reviendra au final à 21 250 shillings (188 euros). « Sur le long terme, cela me coûtera bien moins cher que l'utilisation du kérosène ou du courant. » Environ 3 500 shillings de moins qu'une année de kérosène, selon M-Kopa. Après avoir payé son matériel, elle pourra choisir de contracter d'autres microcrédits auprès de M-Kopa pour obtenir de nouveaux produits : un réservoir d'eau, des plaques de cuisson, un smartphone ou un système de 20 W avec une télé solaire.

Système de microcrédits

C'est grâce à ce système de microcrédits que M-Kopa s'est rapidement implanté dans les foyers africains. L'entreprise affirme connecter 500 nouveaux foyers quotidiennement au Kenya, en Tanzanie et en Ouganda, soit 375 000 depuis son lancement en 2012. Nombre que l'entreprise prévoit de porter à un million d'ici la fin 2017. Sa stratégie d'implantation privilégie les villages et les quartiers où le réseau national d'électricité est inexistant ou mal entretenu. Comme dans le comté de Busia, à l'extrême ouest du Kenya, d'où est originaire Scholastica.

« Dans mon village, personne n'a de lumière, d'électricité ou de télévision », lance-t-elle en préparant sur la table du salon le quill, légume proche de l'épinard qui accompagne l'ugali, plat national à base de farine de maïs. « Ce que je voudrais, c'est offrir à ma famille l'un des grands kits avec la télévision solaire, peut-être des plaques de cuisson électriques aussi. » Elle laisse s'étouffer un silence couvert par le dessin animé des petits. « Je serai heureuse de pouvoir leur apporter un peu de lumière. »

Source: Par Matteo Maillard

En Europe, l'énergie éolienne a désormais dépassé le charbon


vendredi 10 février 2017, 05:17

L'éolien, avec une capacité de 154 Gigawatts (GW), devient ainsi le second plus grand parc de capacité de production d'électricité en Europe, dépassant d'une courte tête le charbon (152 GW) mais encore loin derrière les centrales à gaz (186 GW).

L'énergie éolienne a le vent en poupe. En Europe, la capacité installée de l'éolien dépasse désormais celle du charbon, comme le révèle le rapport annuel du secteur publié par WindEurope le jeudi 9 février. L'éolien, avec une capacité de 154 Gigawatts (GW), devient ainsi le second plus grand parc de capacité de production d'électricité en Europe, dépassant d'une courte tête le charbon (152 GW) mais encore loin derrière les centrales à gaz (186 GW).

La progression en quelques années est spectaculaire. En 2005, l'éolien ne représentait que 6% de la capacité totale de production d'électricité en Europe (41GW), contre 16,7% aujourd'hui. Si toutes les énergies renouvelables se développent, l'éolien concentre l'essentiel des investissements. Au cours de l'année écoulée, 51% des nouvelles capacités de production installées dans l'Europe des 28 ont concerné l'éolien, contre 27% pour le solaire et 13% pour le gaz naturel.

Bonne nouvelle pour la planète, 86% des investissements se sont tournés vers le renouvelable en 2016, un niveau record. Toutefois, du fait d'un moindre rendement par rapport aux sources d'énergie conventionnelles, l'éolien n'a pu couvrir que 10,4% des besoins en électricité en Europe, contre 10,7% en 2015. Mais grâce à cette montée en puissance indéniable, les gouvernements de l'UE les plus actifs peuvent progressivement réduire leur parc nucléaire et fermer des centrales à charbon vieillissantes.

Graphique sur la capacité électrique de l'éolien et du charbon en Europe.

Concentration des investissements

En la matière, l'Allemagne continue la course en tête. Déjà premier parc éolien en Europe, l'Allemagne a accueilli 44% des nouvelles installations d'éoliennes en 2016. Mais le rapport salue également l'effort d'investissement en France qui a atteint un record l'an passé (+1,5 GW). Dans l'Hexagone, la capacité de l'éolien atteint désormais 12 GW, ce qui place la France au 4ème rang européen derrière l'Allemagne (50 GW), l'Espagne (23 GW) et la Grande-Bretagne (14 GW). 

"L'énergie éolienne est désormais une énergie bien installée et essentielle à l'approvisionnement électrique de l'Europe. Elle est également mature et importante, totalisant 330.000 emplois et contribuant à hauteur de plusieurs milliards d'euros aux exportations européennes", s'est félicité Giles Dickson, président de WindEurope, cité dans un communiqué. 

Seul bémol: le développement de l'éolien dépend encore fortement du soutien des pouvoirs publics. On peut ainsi regretter que plus de la moitié des pays de l'UE n'aient réalisé aucun investissement dans l'éolien l'an dernier. 75% des 27,5 milliards d'euros investissements ont été réalisés dans seulement 5 pays.

Source: Par Laure-Emmanuelle HUSSON



Partenaire de toutes vos idées, le Comptoir Eolien partenaire ENF Solar offre toute son expertise et accompagne à chaque étape particulier et professionnel, en vous proposant de nombreuses gammes de produits en matériel solaire; matériel éolien et des eoliennes horizontales de qualité professionnelle au meilleur prix ! En effet, fort de son expérience de plus de 8 ans, le Comptoir Eolien a su analyser et comprendre vos besoins nous disposons d'une large gamme de kits réseau pour réduction de facture EDF. C'est pourquoi nous vous proposons une vaste gamme de produits tournée vers les énergies nouvelles et renouvelables. Envie faire des économies d'énergie avec une installation de kits solaires pour sites isolés ? D'installer des eoliennes verticales dans votre jardin ? D'installer très simplement votre propre kit solaire photovoltaique en site isolé ? Tout en donnant du sens à votre achat. Découvrez sur ComptoirEolien.fr plus de 1200 produits référencés pour équiper votre camping-car, votre maison ou votre voilier avec un kit hybride. Vous pourrez découvrir la réalité de cet engagement sur votre facture d'électricité et sur l'environnement, à travers notre site et vennez découvrir nos kits éoliens hybrides fonctionnent avec des batteries au gel à décharge lente.



Le Comptoir Eolien, c'est aujourd'hui près de 1200 références distribuées dans le monde sur www.comptoireolien.com, une expertise que vous retrouverez au coeur des produits que nous avons sélectionnées pour vous. En tant que consommateur, vous vous montrez de plus en plus exigeants et attentifs lorsque vous effectuez vos achats, c'est pour cela que nous vous aidons aux choix des composants et à la configuration de certains produits, une aide à leur utilisation, et une assistance 7j/7 par courriel, SAV. Pour vous garantir un large choix et des prix toujours en réalité avec le marché, nous vous proposons des centaines de produits de marques variées et reconnues. Ces produits ont été sélectionnés dans le but de vous faciliter le quotidien et cela, au meilleur rapport qualité / prix / usage.



Accueil    |    Qui sommes nous ?    |    Livraison    |    Satisfait ou remboursé    |    Moyens de paiements    |    FAQ    |    CGV    |    Mentions légales    |    Contactez-nous

Les photos des produits ne sont pas contractuelles; le produit ne comprend pas forcément tous les éléments de la photo. Se référer à la fiche détaillée du produit.
ComptoirEolien.com - ComptoirEolien.fr - ComptoirDuSolaire.fr - L'expert du matériel éolien et solaire - Ce site est enregistré auprès de la CNIL sous le N°: 1391557.
Avec le Comptoir Eolien soyez à la pointe de la technologie en matière d'énergie autonome - Conception web : Madaule Jérôme - Propulsé par Lauyan.
Copyright © 2007-2017 - Le Comptoir Eolien ® - Groupe MADAULE - Tous droits réservés - Dernières mises à jour le : .

Inscrivez vous à notre newsletter et rejoignez-nous sur Facebook , Twitter , Google+
       


ComptoirEolien.com, est l'un des sites pionniers du e-commerce en énergie renouvelable en France et spécialiste de la vente à distance de matériel éolien, est aujourd'hui un acteur majeur dans le domaine des énergies hybrides et renouvelables sur le web. ComptoirEolien.fr a été plusieurs fois récompensé pour la qualité de son service clients, vous pourrez donc vous rapprochez sans hésiter une seule seconde de notre service relation client pour tout conseil avant-vente d'une éolienne pour votre habitation par exemple ou pour une question SAV ou retour produit. De plus, si vous hésitez sur l'achat de matériel solaire, comme un panneau photovoltaïque, un kit éolien, vous pourrez vous référer aux avis certifiés et véritables de nos clients et aux différents tests réalisés. Aujourd'hui, en tant que leader du e-commerce sur le marché des énergies éoliennes et du stockage, nous nous efforçons à répondre aux besoins croissants en matériel dernière technologie de nos clients. Que vous soyez à la recherche de matériel type onduleurs, pales d’éoliennes, régulateurs, pour débutant, ComptoirEolien.com propose un catalogue de plus de 1200 références de grandes marques dans les l’univers des énergies solaires et éoliennes (éolien, kit éolien, kit solaire, batteries gel, ou encore piles), ... qui répondra à vos attentes. Le Comptoir Eolien propose régulièrement des offres promotionnelles et des opérations spéciales, donc n'hésitez pas à profiter de nos réductions, code promo Comptoir Eolien pour toujours plus de satisfaction. Profitez également de tous nos services pour acheter en toute sérénité : Garanties & Services SAV, les options de livraison (Colissimo, Chronopost, UPS, DHL, Fedex, ... livraison dom tom et dans le monde entier) et les modes de paiement sécurisés (CB, Paypal, Chèque, Virement...). Enfin, pour répondre à toutes vos questions, rendez-vous sur votre espace Service Client.





ComptoirEolien.eu - ComptoirEolien.net - ComptoirEolien.org - EcouestEnergie.fr - EcouestHabitat.fr - Statistiques du site - Lrsolaire.com - 4.8 / 5 Calculé sur 252 avis vérifiés