Unéole invente et réalise une éolienne urbaine et silencieuse

Cliquez pour agrandir l'image
Encore un nouveau pas vers les énergies renouvelables en Artois ! Une jeune entreprise innovante a posé ses ailes au cœur de la citadelle. Elle vient de finaliser son nouveau prototype d'éolienne urbaine et de petite taille.

Rien à voir avec les hautes et bruyantes machines, souvent à l'origine d'interminables débats et polémiques dans les campagnes ! Une nouvelle génération d'éolienne, plus discrète et silencieuse, est en train de naître au cœur de la citadelle d'Arras, après deux années de recherches et d'études dans les laboratoires universitaires d'HEI / ISEN à Lille et de l'école des Mines de Douai.

Grâce à sa petite taille (2,50 mètres de haut sur 2 mètres de large) elle devrait trouver facilement sa place sur les toits plats des zones urbaines et périurbaines. Deux prototypes fonctionnent déjà à Templemars et Loos-en-Gohelle. Le troisième, dont la fabrication et l'assemblage sont maintenant achevés, intègre de nouvelles innovations. Il sera prochainement installé sur le siège d'un bailleur social à Vieux-Condé.

Quentin Dubrulle, l'inventeur de cet étonnant arbre à vent et gérant d'Unéole, l'entreprise qui le commercialisera, regarde l'avenir avec un bel enthousiasme : « Sans mât central, il s'agit d'une éolienne individuelle de forme aérodynamique en capacité de capter l'énergie du moindre vent perturbé que l'on rencontre dans les villes. »

« De forme aérodynamique, elle est en capacité de capter l'énergie du moindre vent perturbé que l'on rencontre dans les villes. »


Autres atouts avancés par le jeune entrepreneur : les matériaux bio-sourcés que sont les composites en fibres de lin utilisés pour la fabrication des pales et sa capacité de production d'électricité pouvant atteindre 2.000 kwh par an. Sans compter son prix de vente qui ne devrait pas excéder à terme les 5 000 euros, et l'avantage de pouvoir être livrée en kit dans toutes les agglomérations du monde !

Outre quatre autres commandes à honorer dans les tout prochains mois, Quentin Dubrulle et sa bouillante équipe d'ingénieurs ont déjà en tête un projet d'éolienne high-tech et calibrée pour les besoins des particuliers.

Pour l'heure, le jeune dirigeant qui vise la rentabilité de son activité dans trois ans, est surtout mobilisé sur la constitution de son business plan, avec l'espoir de faire s'asseoir à la même table les représentants de potentiels financeurs de l'innovation : banque, BpiFrance, Business Angels, fonds d'amorçages régionaux, fonds d'investissement rev3… Ce dernier, créé par le conseil régional et les CCI Nord de France est entièrement dédié aux projets labellisés Troisième révolution industrielle.

«  Compte tenu de l'accueil qu'il nous a réservé dans 300 m2 de bâtiments à la citadelle en sa qualité de président de la CUA, je ne doute pas du soutien du même Philippe Rapeneau chargé justement de la troisième révolution industrielle à la Région.  » Quentin Dubrulle mise encore sur le vent… en poupe !

Source: Par Jean-Jacques d'Amore (CLP)